Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard



Lundi 9 novembre 2009 : "Le groupe Partouche n'a pas besoin de nouer de partenariats pour profiter de l'essor des jeux en ligne"



Propos recueillis par Johan Deschamps pour capital.fr

Après de longs mois de négociations, le Groupe Partouche est enfin parvenu à s'entendre avec ses banquiers. Le président Patrick Partouche explique pour Capital.fr les conséquences de cet accord. Il revient aussi sur la diminution des taux de prélèvement des jeux et commente l'ouverture annoncée des jeux en ligne. Enfin, il esquisse un premier bilan pour l'exercice qui vient de s'achever.

Capital.fr : Vous venez enfin de trouvez un accord avec vos banques pour le refinancement de votre dette (298,1 millions d'euros NDLR). Pourquoi les négociations ont-elles été aussi longues ? Concrètement, comment cela va se traduire pour le groupe Partouche?

Patrick Partouche : Oui, ça a pris du temps et pour une raison simple ! D'un côté, vous aviez le Groupe Partouche et de l'autre, un pool composé de 17 banques avec 4 anglo-saxonnes dont 2 ont fait faillite, et tout cela était piloté par Natixis dans un climat où les établissements bancaires ne se faisaient plus confiance. Même si les négociations ont parfois été viriles, nous avons obtenu trois années supplémentaires pour rembourser notre dette.

Capital.fr : Comment comptez-vous vous y prendre ?

Patrick Partouche : Nous n'avons pas le choix, nous devons vendre des établissements car nous voulons nous désendetter rapidement. Vous savez, d'un casino en 1973, le Groupe Partouche en comptait 55 en 2008. La famille Partouche qui possède 71% de la société a mis plus de 35 ans pour la construire et aujourd'hui je n'ai pas d'autre choix que de vendre des actifs.

Capital.fr : Cela sera-t-il suffisant ?

Patrick Partouche : L'ensemble de notre parc immobilier a été évalué en 2008 pour 420 millions d'euros. Je pense que sa valeur à la casse n'est pas inférieure à 300 millions aujourd'hui. Il faut que sur cette somme, nous puissions récupérer une centaine de millions d'euros. Et si dans deux ans, je peux être à zéro dette, j'aurai zéro scrupule. Cette situation me rappelle la citation de Rudyard Kipling "si tu peux voir détruire l'ouvrage de ta vie et, sans dire un seul mot, te mettre à rebâtir, tu seras un homme, mon fils ".

Capital.fr : Comment le Groupe Partouche a-t-il pu en arriver là ?

Patrick Partouche : C'est simple, quand nous nous sommes endettés pour racheter Européenne de Casino et le groupe Divonne, nous dégagions alors un excédent brut d'exploitation de 148 millions d'euros. Mais depuis l'interdiction de fumer instaurée le 1er janvier 2008, près d'un quart de notre chiffre d'affaires est parti en fumée et notre excédent brut d'exploitation est tombé à 80 millions d'euros, nous mettant dans une situation délicate mais prévisible.

Capital.fr : Que voulez-vous dire ?

Patrick Partouche : Lorsque les négociations sur le tabac ont commencé, j'avais prévenu qu'une telle interdiction pouvait faire perdre aux casinos entre 20% et 25% de leurs recettes. Nous avions alors sollicité une dispense en expliquant que nous nous adressions à des majeurs, que les casinos étaient une cours de récréation pour adultes consentants et que cela éviterait la recrudescence des parties clandestines. Cet argument a été entendu en Belgique où nos joueurs peuvent fumer dans nos 4 établissements, mais pas en France. Le syndicat FO s'est insurgé en expliquant, selon leurs analyses, que travailler dans un endroit fumeur réduisait la vie de 6 ans. Les croupiers se sont plaints et l'interdiction de fumer dans tous les lieux publics a été votée. Et ce que j'avais dit est arrivé ! En deux ans, nous avons perdu un quart de notre chiffre d'affaires, licencié 420 personnes et fermé un établissement.

Capital.fr : Comprenez-vous les actionnaires qui se disent déçu du titre Partouche et qui s'étonnent que vous ayez refusé l'offre du promoteur Michel Ohayon quand il proposait 21 euros par action ?

Patrick Partouche : Je comprends que les actionnaires aient des montées d’adrénaline. Je n'ai pas vendu parce que l'entreprise est avant tout une affaire de famille. Il était hors de question que le groupe soit démembré. Et vendre ? Je ne suis pas à un milliard près. L’argent n’est pas mon moteur ! Les actionnaires qui ne sont pas sortis quand le titre était à 20 euros, il ne faut pas qu'ils se plaignent. Si on achète du Partouche, ça monte, ca descend, c'est la valeur la plus sport du marché français, c'est du casino a la Bourse.

Capital.fr : Vous bénéficiez depuis peu, comme tous les casinos, de la baisse du barème du principal prélèvement sur le Produit Brut des Jeux. C'est une bonne nouvelle pour votre groupe ?

Patrick Partouche : Le produit brut des jeux n'avait pas été réactualisé depuis 1986 et nous restons taxés à 60%, où se trouve la bonne nouvelle ? Ce n'est qu'un petit peu de justice fiscale, une compensation, un chiffon rouge que le gouvernement agite … alors qu'il nous a refusé les machines à sous et les tables sur le net, ce qui fait notre identité. En revanche, le jeu de poker, notre particularité, il le donne à tout le monde ! Bercy est juge et partie. Il a mis le métier sous coupe réglée. Ce dispositif d'ouverture des jeux en ligne profite en grande partie à la Française des jeux et un peu au PMU.

Capital.fr : Le Groupe Partouche est-il prêt pour l'ouverture de ce nouveau marché ?

Patrick Partouche : Comme Cassandre, j'ai vu arriver les jeux en ligne dès 1997. J'ai prévenu les autorités des risques que cela pouvait apporter mais elles ne m'ont pas entendu. En 2001, j'ai lancé le site casinopartouche.com pour montrer à l'Etat ce qui se faisait déjà. C'était un acte purement politique. J'ai reçu une plainte de la Française des Jeux alors qu'ils avaient le droit de faire des jeux en ligne. Il a fallu la cassation pour prouver mon bon droit !!! J'ai donc porté plainte en 2003 contre l'Etat devant la Cour européenne de justice contre le monopole de la Française des Jeux. Pour le moment, l'Etat fait exactement comme si les jeux en ligne n'existaient pas alors qu'ils se multiplient. Comme je défends mon groupe, nous avons aussi un site que j'assume, car finalement il n'y a toujours pas de règlementation pour les jeux en ligne. Mais le jour où l'Etat lancera son appel d'offres pour l'attribution des licences, le Groupe Partouche aura le doigt sur la couture du pantalon et demandera une licence en bonne et due forme.

Capital.fr : Envisagez-vous de nouer un partenariat comme le font certains de vos concurrents sur le net ?

Patrick Partouche : Non, pas pour le moment, nous n'en avons pas besoin. Nous avons une filiale opérationnelle, Partouche Interactive, une chaîne de télévision, Cash TV sur CanalSat et nous exploitons 130 tables de poker dans nos établissements, qui séduisent 750.000 clients. Nous avons aussi une application du jeu sur iPhone et surtout nous organisons le Partouche Poker Tour, l'événement le plus important en France et un des principaux en Europe. D'ailleurs, nous allons retransmettre la finale dotée d'un prix de 2 millions d'euros en direct sur Eurosport le 22 novembre. Vous le voyez, nous sommes prêts, je n'ai plus qu'à faire les derniers réglages mais notre site de poker est déjà référencé comme le deuxième site de poker indépendant au monde avec 250 clients actifs 24 heures sur 24.

Capital.fr : Quel bilan tirez-vous de l'exercice qui vient de s'achever ?

Patrick Partouche : On sort d'une mauvaise série mais j'ai encore des jetons et une chaise pour affronter les concurrents même s'ils ont de plus gros tapis. Je pense que nous avons touché un point bas cette année mais il aura fallu deux ans pour encaisser le choc. Notre plan d'économies nous a permis de réduire nos coûts de plus d'une dizaine de millions d'euros, ce qui va limiter le recul du résultat opérationnel. Quant à notre filiale Partouche Interactive, elle montre aussi des signes encourageants. Ouvrez l'œil lors de la prochaine publication des comptes annuels.

Capital.fr : Les rumeurs d'augmentation de capital qui circulaient dernièrement ne sont donc plus d'actualité ?

Patrick Partouche : Il y en aura peut-être une ou non. En Bourse, tout a été dit sur le groupe Partouche, la partie financière, la partie stratégique et notre connaissance du métier. Du coup, je ne parle plus aux analystes financiers. Je parle aux banquiers et aux actionnaires. Tout peut arriver dans le jeu mais vous savez, le Groupe Partouche n'est pas à l'abri d'une bonne nouvelle.

(source : capital.fr/Johan Deschamps)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



Autre(s) Article(s)


04-08-2014 | Groupe Partouche : le Président du conseil de surveillance à l'achat
08-09-2012 | Partouche Poker Tour : les 5 millions finalement garantis !
07-09-2012 | Le Partouche Poker Tour à Cannes, c'est fini!
21-04-2012 | La crise est " une partie de poker très mal jouée "
25-02-2012 | Tout et son contraire - Patrick Partouche : "Je suis un capitaliste mais je me rappelle d'où je viens"
27-07-2011 | Les casinos ont du mal à redresser la barre
26-07-2011 | Groupe Partouche : Nouveau départ
25-05-2011 | Groupe Partouche : Partouche espère dépasser 0,2% de croissance en 2010-11 -pdt
04-05-2011 | Groupe Partouche : répète : Partouche : Butler ne modifiera pas la stratégie -pdt
29-04-2011 | Patrick Partouche partenaire de M6 pour des jeux de casinos en ligne
11-04-2011 | Walter Butler et Patrick Partouche finalisent leur pacte d’actionnaires
08-02-2011 | Braquages de casinos : 8 interpellations
24-09-2010 | Le groupe Partouche n'envisage pas de se séparer du casino de Saint-Galmier
16-09-2010 | Patrick Partouche: "On nous met les bâtons dans les roues"
04-09-2010 | La folie du poker à l'américaine s'empare de la Côte d'Azur
08-07-2010 | Groupe Partouche : Partouche: Poker en ligne peut être rentable
04-02-2010 | Le marché sanctionne les importantes pertes de Partouche en 2009
03-02-2010 | Patrick Partouche entendu par la PJ dans un dossier de racket
11-01-2010 | Ouverture à la concurrence : les grandes manœuvres
29-12-2009 | Paris en ligne : Courbit s'allie, Partouche frileux

En bref

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

Deauville : jackpot de 50 954 € au casino Barrière
27-11-2012|Dimanche à 19h35, un jackpot d’un montant de 50 954 € a été remporté au casino Barrière de Deauville. L’heureux gagnant qui a souhaité garder l’anonymat, est un habitant de Deauville.

Société des Bains de Mer progression exercice realises commerciale animation remedier nouvelles promotion
Les + commentés
Les trois casinos indépendants des Pyrénées-Orientales en difficulté financière commenté : 1 fois
De nouvelles machines à sous en exclusivité Européenne au casino d'Enghien commenté : 1 fois
La Trinité-sur-Mer : Le casino Partouche reste ouvert commenté : 1 fois
La "crise" des casinos français inquiète le sénateur spécialiste des jeux commenté : 6 fois
La roulette automatique arrive au casino du Tréport commenté : 4 fois
1,3 million d'investissement pour les casinos du groupe Joa commenté : 1 fois

Forum
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? me contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.