Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : sociales


Mardi 27 septembre 2011 : Gambling International: Le Québec vient d’installer une Chaire de recherche sur le jeu responsable 



GAMBLING INTERNATIONAL : Le Québec vient d’installer une Chaire de recherche sur le jeu responsable 


Recherches sur le jeu, jeu pathologique, Observatoire des jeux, Chaire de recherche sur le jeu responsable…quelques mots sur la situation en France et au Québec


Jean-Pierre G. Martignoni-Hutin (sociologue)


En France depuis quelques années la Française des jeux finance ses ennemis, les anti-jeu de la doxa du jeu pathologie maladie - notamment le centre du jeu excessif de Nantes (CRJE) dirigé par JL Vénisse et différentes associations- pour mieux les contrôler. Mais dans le même temps l’opérateur historique des loteries se lance dans une course effrénée à la croissance, jamais vue depuis sa création. La politique éthique mise en œuvre par Christophe Blanchard Dignac (PDG de la Française des jeux) a donc pour conséquence en réalité - sous couvert d’une lutte contre le jeu excessif et le jeu de mineur - de produire plus de jeu. Habile stratège - mais certains pourraient considérer cela comme de la duplicité - le patron de la FDJ a profité du débat sur le jeu pathologique, de l’inquiétude des pouvoirs publics en matière de santé publique, de la loi sur les jeux en ligne ( autorisés depuis mai 2010), non pour mettre la pédale douce en matière de développement mais au contraire pour accélérer fortement sa croissance par une incitation au jeu accrue. La duperie est totale. En final la politique jeu responsable mis en œuvre par la Française des jeux va produire du jeu excessif. Ubuesque. Les meilleures preuves de cette démonstration se situent dans les résultats de l’opérateur historique. En pleine crise économique il surperforme (+5,5 % en 2010) en dépassant pour la première fois la barre symbolique des 10 milliards. L’incitation au jeu est telle que la FDJ est même parfois – en fonction du calendrier politique - « gênée par son succès » comme l’a précisé le quotidien France-Soir. ( la barre des 10 milliards aurait été atteinte en 2009 et non en 2010)

Pour allumer des contre feux vis-à-vis de cet activisme commercial , la FDJ pousse le bouchon de plus en plus loin dans le domaine du jeu responsable. La société dirigée par Christophe Blanchard Dignac a l’audace - ils se croient tout permis et ils se permettent tout - de lancer en juin 2011 « une campagne nationale contre l’addiction au jeu 1» Au même moment comme par hasard, Jean Luc Vénisse financé à hauteur de 2 millions d’euros par la FDJ (le site du CRJE est très discret sur ce financement) associé aux addictologues M. Reynaud et A . Belkacem sortent un fascicule : «  Du plaisir du jeu au jeu pathologique, 100 questions pour mieux gérer la maladie» Et Michel Reynaud d’affirmer dans France-Soir du 6 juin 2011, après sans doute plusieurs mois d’études de terrain et d’études comparatives ( !!), que «  de tous les opérateurs la Française des jeux est celui qui en fait le plus pour le contrôle et la prévention du jeu excessif. » La boucle est bouclée. La collusion d’intérêts marche à fond pour les deux parties. Plus c’est gros, plus ça marche. En cherchant bien on apprend que ce livre est publié et distribué via un mécénat …de la Française des jeux. La plupart des médias n’ont pas repris ce détail.

Comme le Centre du jeu excessif de Nantes a beaucoup d’argent, il faut bien qu’il le dépense. Il a lancé un enquête pour passer les « joueurs compulsifs à la loupe2 « . Marc Valleur ( directeur du centre Marmottan) membre de l’Observatoire des jeux, participe à cette étude financée par la FDJ. Curieusement le CRJE semblent avoir du mal a recruté des joueurs compulsifs alors qu’ils affirment par ailleurs (dans une belle fourchette scientifique qui ressemble à un râteau) qu’il y aurait entre « 600 OOO et 1,8 million de joueurs pathologiques ! » Nous aurons l’occasion de revenir sur cette étude qui se déroule sur 5 ans. Mais en attendant nous invitons les lecteurs du Québec à prendre connaissance des conditions méthodologiques fixées par le CRJE de Nantes : «  Le CRJE recherche des joueurs à Paris et Colombes. Les conditions : avoir entre 18 et 65 ans, jouer au moins une fois par an, avoir joué l’année écoulée et … (la ça devient cocasse NDLR) « avoir l’impression de perdre le contrôle sur la pratique du jeu 3» Comme il n’est pas certain que ce protocole très scientifique attire les joueurs le CRJE ajoute : «  La participation a l’étude est indemnisée »

On le voit malgré certaines avancées, la France est tombée – comme nous l’avions annoncé il y a quelques années - dans ce que nous avons nommé le « syndrome québécois, c’est à dire le « syndrome Ladouceur/Loto Québec ». La différence c’est qu’il nous semble que le Québec a su sortir progressivement de ce système, avec comme point d’orgue dernièrement l’installation d’une Chaire de recherche sur le jeu responsable qui sera gérée par le FQRSC. C’est une avancée considérable. Pour avoir été plusieurs fois – gracieusement – « expert externe » pour le compte du FQRSC nous pensons que cet organisme à toutes les qualités requises pour superviser des recherches scientifiques indépendantes sur le gambling à condition qu’il ne soit pas dominé par la doxa du jeu pathologie maladie et que cette doxa ne mange pas à tous les râteliers. Pour rester sur le chemin de crête de la neutralité scientifique, c’est l’ensemble des causes et conséquences du gambling qu’il faut analyser et pas seulement la question du jeu problématique, qualifié un peu vite de jeu pathologique. Alors bien sur on peut s’interroger pour savoir – comme le fait Alain Dubois (Emjeu) dans le journal Le Devoir (1) - qui finance cette chaire ? L’essentiel nous semble t il c’est que cette chaire soit pluridisciplinaire et indépendante scientifiquement. En France nous sommes loin du compte. Certes un Observatoire des jeux a été laborieusement installé il y a quelques mois, après des années d’attente mais il est dominé par la doxa du jeu pathologique maladie et quelques associations. Il ressemble plus à une Commission qu’à un Observatoire scientifique à la hauteur de ses multiples missions. Souhaitons que la France, sans copier le modèle de la Nouvelle France, sache s’en inspirer pour éviter justement les errements qu’a connu le Québec pendant des années à cause du syndrome Ladouceur/Loto Québec, qui en final aura surtout profité à Robert Ladouceur et à la doxa du jeu pathologie maladie dans son ensemble. Nous avons ici un désaccord avec l’ami Alain Dubois ( que nous respectons par ailleurs car il est ouvert au dialogue et accepte le débat sans censure) Nous pensons qu’une véritable politique des jeux responsable, réaliste et pérenne , doit défendre l’intérêt général, abandonner l’idéologie du care chère à la doxa du jeu pathologie maladie et aux anti – jeux. Une telle politique - qui ne signifie pas auto-régulation - ne saurait se faire contre l’industrie des jeux et les opérateurs car un tel procès ne pourrait à terme, que réactiver l’idée de prohibition.


© JP G. Martignoni-Hutin, Lyon, France, 183. Le devoir –Québec - Canada. Septembre 2011


  1. Alain Dubois, Jeux d’argent et de hasard, Une chaire ou un Observatoire des jeux ? ( Le Devoir.com , 26 septembre 2011)

Pour info le texte d’Alain Dubois  paru dans le journal du Québec Le Devoir , 26 septembre 2011

Jeux d'argent et de hasard - Une chaire ou un observatoire des jeux?

Mise sur toi! financera une chaire de recherche sur le jeu responsable qui sera gérée par le Fonds de recherche du Québec société et culture (FQRSC). L'objectif de la chaire serait de produire des connaissances pour prévenir les comportements à risque et ainsi développer des comportements responsables en ce qui a trait aux jeux d'argent et de hasard. Si le FQRSC est responsable de l'appel de propositions, les fonds proviendront exclusivement de Mise sur toi!, un organisme financé exclusivement par Loto-Québec. Que penser de cette annonce?

Tout d'abord, la notion même de jeu responsable comporte un parti pris important puisqu'elle fait uniquement porter la responsabilité des problèmes de jeu sur l'individu: comportements à risques; failles dans le processus cognitif, faiblesses génétiques; dérèglements neurochimiques, etc. Jamais (ou marginalement) les tenants du jeu responsable ne s'intéressent aux facteurs culturels, sociaux, environnementaux; aux impacts de la promotion et de la grande accessibilité des jeux d'argent et de hasard; jamais ils n'analysent la dangerosité des jeux, leurs conceptions (programmation et utilisation des failles dans le fonctionnement du cerveau).

Contrairement à la notion de «jeu sécuritaire», qui englobe l'ensemble des aspects reliés aux développements des problèmes de jeu, la notion de jeu responsable est limitée et unilatérale. L'industrie du jeu, on le comprendra, préfère cibler les comportements à risque des joueurs au lieu de regarder ce qu'elle pourrait faire pour limiter les problèmes de dépendance qui touchent près de 3,5 % des adeptes de leurs jeux et 20 % des joueurs de jeux électroniques (peu importe la fréquence de jeu: 1 ou 100 fois/an). Depuis longtemps au Québec, on refuse les commandites et subventions provenant de l'industrie du tabac, y compris dans les universités. Pourquoi en serait-il autrement pour l'industrie du jeu? Les problèmes éthiques que ces industries soulèvent ne sont-ils pas de même nature?

En attendant que l'on impose à Loto-Québec des mesures équivalentes à celles des cigarettiers, il serait souhaitable que les chercheurs et les universités adoptent le même code d'éthique et que, par conséquent, ils s'abstiennent de recevoir toute subvention provenant, directement ou indirectement, de l'industrie du jeu.

La main qui nous nourrit

Cette annonce témoigne aussi de la trop grande place qu'a prise l'industrie étatique du jeu au Québec, un presque État dans l'État... Loto-Québec commandite au Québec à peu près tous les festivals et activités culturelles. Elle remet directement ou par l'intermédiaire de l'organisme Mise sur toi, qu'elle a créé et finance, des centaines de milliers de dollars à des centres de traitement pour joueurs compulsifs, à plusieurs dizaines d'organismes communautaires, des universités, etc.

Loto-Québec cultive l'art de la dépendance aux subventions qu'elle distribue si généreusement et qui, comble de l'ironie, provient en bonne partie des joueurs compulsifs...

Il est urgent de revoir le mandat de Loto-Québec, une société d'État qui devrait n'être qu'un simple gestionnaire de l'industrie étatique du jeu. Elle devrait revenir à son mandat premier: gérer le jeu dans l'ordre et la mesure... Pour ce faire, il serait souhaitable que l'ensemble des subventions qu'elle distribue soit remis aux ministères concernés (Culture, Santé et Services sociaux, Éducation, etc.) afin que ceux-ci les distribuent eux-mêmes, et ce, en fonction de leurs propres priorités. Ce n'est pas à Loto-Québec de définir les politiques culturelles, communautaires et sociales du Québec, mais au gouvernement.

À quand un observatoire?

Il est plus que temps que l'on mette en place au Québec, un observatoire des jeux d'argent. Celui-ci devrait être indépendant et relever directement de l'Assemblée nationale. Il serait composé principalement d'intervenants publics, de chercheurs de la santé publique et d'universitaires (sans aucun lien avec Loto-Québec et les organismes qu'elle subventionne).

Cet observatoire québécois des jeux d'argent serait responsable de financer et coordonner l'ensemble des efforts de prévention, d'étude, de recherche et de proposer des mesures concrètes visant à réduire la dangerosité des jeux de hasard et d'argent au sein de la population.

***

Alain Dubois, travailleur psychosocial et porte-parole de la Coalition EmJEU


1 « La Française des jeux lance une grande campagne contre l’addiction…à ses propres jeux » (Francesoir.fr du 6 juin 2011)

2 « Les joueurs compulsifs à la loupe «  (europe1.fr du 12 juillet 2011)

3 « Avec le jeu la prudence est de mise «  (20minutes.fr du 11 juillet 2011)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



Autre(s) Article(s)


27-09-2011 | Gambling International: Le Québec vient d’installer une Chaire de recherche sur le jeu responsable 

En bref

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

Casino de Boulogne frequentation partouche exercice etablissement concessionnaire obligatoire visiteurs boulogne
Les + commentés
Les trois casinos indépendants des Pyrénées-Orientales en difficulté financière commenté : 1 fois
De nouvelles machines à sous en exclusivité Européenne au casino d'Enghien commenté : 1 fois
La Trinité-sur-Mer : Le casino Partouche reste ouvert commenté : 1 fois
La "crise" des casinos français inquiète le sénateur spécialiste des jeux commenté : 6 fois
La roulette automatique arrive au casino du Tréport commenté : 4 fois
1,3 million d'investissement pour les casinos du groupe Joa commenté : 1 fois

Forum
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.