Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard



Jeudi 29 janvier 2004 : La saga des machines à sous.



Le récent mariage entre Accor et Barrière le prouve: le marché des casinos excite encore les financiers. Explications

Les machines à sous, un moyen de faire fortune? Non, pas en jouant, naïfs que vous êtes! Mais en les exploitant. Car chacun de ces engins – la France en compte 16 400 – rapporte en moyenne plus de 150 000 euros par an à son heureux propriétaire. Un authentique jackpot qui explique pourquoi nos casinotiers sortent périodiquement l’artillerie lourde. Dernier exemple en date: la semaine dernière, les groupes Barrière et Accor Casinos ont convolé pour donner naissance à un nouveau numéro un français des plaques et des jetons.

Ô la touchante fusion réalisée par échange de titres! «Après neuf mois de négociations, nous nous rapprochons de partenaires historiques et d’amis», exulte Dominique Desseigne, l’ex-notaire veuf de Diane Barrière et usufruitier de l’empire familial. Détenant 51% du nouvel ensemble, ce parfait «jet-setter» qui s’affiche désormais au bras de la milliardaire libanaise Mouna Ayoub accueille à son tour de table le géant de l’hôtellerie Accor (34% du nouveau groupe) et le fonds d’investissement Colony Capital, un pro américain des jeux (15%)

Bien sûr, la concurrence feint l’indifférence. Chez Partouche, le groupe familial qui dominait jusqu’alors le secteur, on se gausse: «C’est le mariage de la carpe et du lapin sous l’œil du renard américain.» «Cette fusion ne change rien», assure, de son côté, Philippe Gasagne, le patron du groupe Moliflor. Mais l’opération risque bien d’accélérer la concentration du secteur. Car, malgré la tutelle réglementaire et économique de l’Etat et des collectivités locales qui ont prélevé l’an dernier 55% du produit brut des jeux, le business des casinos fait toujours rêver les financiers. «Les casinos assurent 15 à 20% de retour sur investissement. Leurs résultats continuent de croître (NDLR: 3% l’an dernier) même pendant les années de stagnation économique», souligne Christian Rouyer, délégué général du syndicat Casinos de France. La prochaine opération? Georges Tranchant, l’ex-député RPR des Hauts-de-Seine devenu condottiere des machines à sous dans les années 1990, a laissé entendre à la presse qu’il pourrait prochainement céder une douzaine de ses établissements. Avant de se rétracter: «Ce n’était qu’une plaisanterie. Je ne suis pas réellement vendeur et je ne saurais pas quoi faire de l’argent!» Plus troublant: selon nos informations, Isidore Partouche lui même, l’homme qui a bâti un empire de machines à sous en trente ans, aurait mené des négociations avec deux pools de fonds d’investissement en vue de céder tout ou partie de son groupe fort endetté. Une info que l’ancien radioélectricien d’Alger dément farouchement – «Je préfère jouer tout seul dans mon coin» –, mais que nous maintenons.

Partouche contre le reste du monde! La bataille a commencé il y a deux ans. A l’époque, c’est Accor qui cherche à passer la vitesse supérieure en lançant une OPA sur l’Européenne de Casinos, le groupe bâti par André Der Krikorian. Mais l’hôtelier tombe sur un os: Partouche, piqué au vif, a surenchéri par deux fois. Au lieu des 52 euros par action initialement proposés, il emportera l’affaire à 66,5 euros par titre… Une aubaine pour la famille Krikorian. Aujourd’hui, Accor réplique en faisant casino commun avec Barrière, son associé de quinze ans. Mais à qui revient l’initiative? «C’est moi qui ai eu l’idée de ce mariage qui simplifie les structures de mon groupe», assure Dominique Desseigne chez Barrière. Pas si sûr, car selon Alain Maillot, le fidèle avocat, c’est plutôt le fonds d’investissement Colony Capital, déjà actionnaire à 50% d’Accor Casinos, qui a convaincu les deux anciens rivaux de s’unir. «Tout le monde avait intérêt à ce que le deal se réalise», confirme Sébastien Bazin, directeur de Colony Capital en Europe. Doté de très gros moyens, ce fonds d’investissement associé à Eurazeo (banque Lazard), qui consent un prêt participatif de 100 millions d’euros au nouveau groupe, détient une option de vente de sa participation, exerçable entre 2007 et 2010. Objectif: empocher une jolie plus-value découlant des économies réalisées par le nouveau président du directoire, Sven Boinet, un ancien d’Accor choisi par Dominique Desseigne… Mais aussi des nouvelles autorisations de machines à sous généreusement distribuées par le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy: le parc français a bondi de 10% en un an. Une chose est sûre: d’ici trois à cinq ans, l’acquéreur du «ticket» de Colony sera Accor. Le titan de l’hôtellerie dispose d’une option d’achat qui lui permettra de se hisser à 49% du groupe Lucien Barrière. «Mais attention, je conserverai toujours la majorité, que j’ai promis de transmettre à mes enfants», prévient Dominique Desseigne, le nouveau président du conseil de surveillance, qui initie déjà Alexandre (17 ans) et Joy (11 ans) aux mystères du groupe familial.

En attendant, les grandes manœuvres ont déjà commencé pour décrocher les rares concessions ouvertes en France. A Toulouse, l’appel d’offres, annulé une première fois par un recours du groupe Tranchant, devrait aboutir au début du mois de juillet prochain. Mais le souhait de la municipalité UMP de créer «un casino haut de gamme», doté d’un restaurant gastronomique et d’une salle de spectacles de 1000 places, pourrait avantager le groupe Lucien Barrière, déjà concessionnaire, via Accor, du casino de Bordeaux. A Lille, en revanche, Barrière paraît en moins bonne posture. C’est Partouche qui part favori pour créer, selon les souhaits de Martine Aubry, un «casino populaire» en plein cœur du quartier d’Euralille. D’autant que le groupe de Monsieur Isidore, qui contrôle plusieurs établissements dans la région, sponsorise déjà le club de foot Lille Olympique… «Bof! Pas sûr que cela suffise. Au Havre aussi, nous avons soutenu le club de foot, et ça n’a pas empêché Partouche de remporter la concession», réplique-t-on chez Barrière, qui a cessé depuis de financer le malheureux Havre Athletic Club.

Heureusement, il y a l’Europe. Après l’appel d’offres pour le casino de Bruxelles, les casinotiers tricolores guignent les établissements de jeux autrichiens et néerlandais bientôt privatisés. «Nous avons le savoir-faire», jure Christian Rouyer de Casinos de France. Mais le jeu sera plus difficile en Grande-Bretagne, où le secteur est en pleine dérégulation. «Nous sommes encore petits par rapport aux grands groupes anglo-saxons», admet Dominique Desseigne. Pour percer, il faudra conclure des alliances, réunir des montagnes de cash... Bref, les financiers ne sont pas près de s’éloigner du tapis vert.

Le Groupe Barrière : fiche d’identité
Après la fusion avec Accor Casinos, le nouveau numéro un français des jeux de table et des machines (1 milliard d’euros de chiffre d’affaires) contrôle 38 établissements (Enghien, Nice, Cannes Croisette...), 13 hôtels de luxe et 57 restaurants dont le Fouquet’s.Dominique Desseigne (à gauche) préside le conseil de surveillance.

Un fonds glouton
Des hôtels et des résidences pour cadres américains, des casinos à Las Vegas et Atlantic City, des centaines de milliers de mètres carrés de bureaux en Asie du Sud-Est et en Chine et toute la Costa Smeralda, ex-propriété de l’Agha Khan en Sardaigne: l’énumération du patrimoine de Colony Capital laisse rêveur. En douze ans, ce fonds d’investissement créé par le businessman d’origine libanaise Thomas Barrack a déjà investi 10 milliards de dollars! «C’est essentiellement de l’argent que les fonds de pension américains nous confient», explique Sébastien Bazin, le directeur de la branche européenne qui vient de prendre 15% du groupe Lucien Barrière. Mais attention, Colony, qui assure opérer depuis le Delaware, Etat américain à la fiscalité clémente, ne veut surtout pas être pris pour un de ces «fonds rapaces» qui se rémunèrent en dépeçant les entreprises en difficulté. «Nos investissements ont une durée de dix ans. Nous sommes de véritables opérateurs industriels dans l’immobilier, l’hôtellerie et les jeux», précise Sébastien Bazin. Colony Capital entend bien multiplier les opérations en Europe, et singulièrement en France, où Tom Barrack est depuis longtemps propriétaire. Principale cible: l’immobilier professionnel parisien, «un marché aujourd’hui plus porteur que Londres…».

(source : nouvelobs.com/Sylvain Courage)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

casino de Beaulieu etablissement maritimes beaulieu fermeture comptent restauration supplementaires francebleu
Les + commentés
Casinos de La Seyne et Sanary: Partouche justifie son recours commenté : 8 fois
La "crise" des casinos français inquiète le sénateur spécialiste des jeux commenté : 7 fois
À l'école des croupiers commenté : 6 fois
La roulette automatique arrive au casino du Tréport commenté : 5 fois
L'ouverture des casinos de Sanary et de la Seyne annulée commenté : 4 fois
Attaque de casino déjouée à Aix-en-Provence , un policier blessé commenté : 3 fois
Les casinos perdent gros en Belgique commenté : 2 fois
Casino d'Enghien : la roulette électronique arrive au casino commenté : 2 fois
Le chiffre d'affaires des casinos français en baisse de 4,25% commenté : 2 fois

Forum
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.