Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : investisseurs


Jeudi 1 septembre 2005 : Norway: Pourquoi le projet français a sombré.



Problèmes de financement, dossiers irréalistes, lobbies économiques ou farouche opposition politique ? Mer & Marine fait la lumière sur le projet avorté d’ancrer le paquebot à Honfleur. L'affaire aura tenu en haleine les amoureux du navire pendant un an.

Alors que l’ancien transatlantique est arrivé en août à Port Kelang (Malaisie) et que son avenir est des plus incertains, à Saint-Nazaire, Jacques Lhéritier regarde dépité la forme Joubert, désespérément vide. L’ancien fleuron de la marine française se trouvait là, juste après son lancement. Président de l’association pour le paquebot France, il ne cache pas son amertume : « Cela fait quatre ans qu’on se bat et malheureusement, on a raté l’occasion de sauver ce grand témoin de l’époque et de créer des centaines d’emplois». Le projet d’échouer le navire à Honfleur ? Jacques Lhéritier y croyait fermement. L’histoire débute l’été dernier par une indiscrétion de la presse. Un promoteur inconnu, Isaac Dahan, souhaite transformer le paquebot en hôtel flottant, doté d’un casino et d’un centre de congrès. Le Norway est en vente depuis quatre mois au prix de 17 millions de dollars. En octobre, les collectivités normandes s’engagent à financer l’échouement du navire, l’aménagement d’un quai et la construction d’un parking. Il y en a pour 16 millions d’euros. Anne d’Ornano, ancienne maire de Deauville et présidente du conseil général du Calvados a cependant des doutes : « Comment intervenir on en cas d’incendie côté mer ? Quels étaient les moyens d’assainissement, d’épuration, d’alimentation en eau potable et quel était l’impact du dragage sur les courants en baie de Seine? Personne n’a été capable de me répondre ». Malgré tout, le protocole d’accord est signé : « C’est bien la preuve que le dossier était sérieux ! Vous imaginez une préfecture, des conseils généraux et régionaux ainsi qu’une chambre de commerce parafer un engagement sans avoir enquêté sur le projet et le promoteur?», tempête Jacques Lhéritier.

Projets pharaoniques.

Bon an, mal an, les négociations se poursuivent alors que le propriétaire du Norway accentue la pression et fait passer le prix de vente à 30 millions de dollars. En février, coup de théâtre : Pierre & Vacances prend l’affaire à son compte et le ministère de la culture s’engage à classer le navire dans le patrimoine maritime. Le montant de l’opération est estimé à 200 millions d’euros contre 47 millions pour le dossier Dahan! Le 1er mars, le groupe qui doit annoncer à ses actionnaires d’importantes pertes, jette l’éponge. Isaac Dahan revient donc à la charge, fort de la promesse de classement donnée le 28 février par le gouvernement: « Ce classement était vital pour lui. Il permettait de rassurer ses investisseurs et surtout, de bénéficier d’une défiscalisation sur tous les travaux. Ca n’aurait pas coûté un centime à l’Etat ! », affirme Jacques Lhéritier. Seulement voilà, le ministre de la culture et le secrétaire d’état à la mer font brusquement marche arrière et refusent de signer une promesse écrite. Pour Anne d’Ornano : « Trop de questions restaient en suspend. Monsieur Dahan n’avait visiblement pas l’argent nécessaire. Quand on vous annonce que le projet va coûter quatre fois plus cher, vous êtes en droit de vous inquiéter. On ne connaissait pas non plus l’impact sur les petits hôtels de la région». Le président de la Chambre de Commerce du pays d’Auge tempère: « En affaire, vous êtes obligés d’avancer caché pour ne pas vous faire doubler. Le projet de Pierre & Vacances était pharaonique, d’où ces sommes qui ont fait peur mais le groupe pouvait jouer sur sa notoriété pour rassurer». Concernant l’impact économique, Christian Fougerey est catégorique : «Le dossier Dahan était réaliste. Une étude que nous avions communiqué aux élus démontrait que le France aurait amené de la richesse et plus de 800 emplois directs dans le secteur. Les hôtels et restaurants existants auraient bénéficié de retombées nationales. Nous aurions même pu récupérer nos investissements grâce à l’exploitation du parking. Pour moi, le problème n’a pas été économique, mais purement politique ».

Le Norway, centre d’une bataille politico-économique ?

Selon Jacques Lhéritier : «Nous avons eu d’importants soutiens mais en face, il y avait des blocages encore plus importants, à commencer par ceux qui avait déjà condamné le bateau en 1974 ». Le principal intéressé, Isaac Dahan, accuse ouvertement Anne d’Ornano : « Elle avait mille et une raison pour que le France ne vienne pas à Honfleur. Dès le début, les élus locaux m’avaient prévenu que j’aurais à faire à elle dans la mesure où elle protège le casino de Deauville et la primauté de la commune dans le tourisme régional ». L’ancienne maire de Deauville se défend d’avoir torpillé le paquebot : « Je n’ai jamais été contre. J’ai toujours dit que j’accompagnerais le projet s’il aboutissait mais il faut être réaliste. Echouer un navire ça n’a jamais marché. Ceux qui sont aux Etats-Unis ont fait faillite et il n’était pas question d’avoir une friche industrielle sur les bras. Je regrette l’image de ce superbe navire mais aujourd’hui, ce n’est plus le France et ce n’est pas au contribuable de payer des financements pareils ». Isaac Dahan, lui, ne l’entend pas de cette oreille. Affirmant qu’il a bon espoir de racheter le bateau avant sa démolition, il ne rêve que d’une chose : Exposer le navire sous les fenêtres de madame d’Ornano.

Ultime manœuvre d’Isaac Dahan pour ramener le bateau en Normandie.

Moins de deux mois après le départ du paquebot de Bremerhaven, l’investisseur parisien annonce qu’il n’a pas jeté l’éponge : « Le paquebot est toujours à vendre et je suis le seul acheteur », révèle Isaac Dahan dans une interview accordée à Croisières. « Nous avons eu beaucoup de problèmes ces derniers mois avec les politiques mais j’ai bon espoir. J’attends que le nouveau gouvernement s’installe pour reprendre les discussions. Si le navire est classé au patrimoine national, on terminera le travail », précise-t-il. Le Norway a finalement appareillé d’Allemagne le 23 mai, avec une semaine de retard. En cause : Les avaries de machines dont souffre son remorqueur de haute mer, immobilisé quelques jours à Rotterdam pour réparations. Malgré l’émotion de quelques amoureux venus saluer son départ, il faut bien reconnaître que le paquebot a quitté l’Europe dans une certaine indifférence: « Son avenir est plus que jamais incertains. La Norwegian Cruise Lines reste muette et même à bord, les informations étaient contradictoires. Certains officiers parlaient d’une transformation en école hôtelière, d’autres d'un démantèlement au Bengladesh, sans compter que le bateau est toujours à vendre», explique Michel Perrin, de l’association pour le paquebot France. Le ferraillage reste la principale crainte de l’association d’autant que certaines rumeurs ont fait état de la visite de ferrailleurs indiens dès que le navire est arrivé à Port Kelang, le 10 août dernier.

(source : meretmarine.com/Vincent Groizeleau)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

Deauville : jackpot de 50 954 € au casino Barrière
27-11-2012|Dimanche à 19h35, un jackpot d’un montant de 50 954 € a été remporté au casino Barrière de Deauville. L’heureux gagnant qui a souhaité garder l’anonymat, est un habitant de Deauville.

annonces tardives croupiers decouvrir agitation generale telephonique detourner jugement michalle
Les + commentés
1,3 million d'investissement pour les casinos du groupe Joa commenté : 1 fois
Les casinos perdent gros en Belgique commenté : 1 fois
Casinos de La Seyne et Sanary: Partouche justifie son recours commenté : 8 fois
L'ouverture des casinos de Sanary et de la Seyne annulée commenté : 4 fois
Le sort des casinos scellé le 6 février commenté : 1 fois
Casino d'Enghien : la roulette électronique arrive au casino commenté : 1 fois

Forum
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? me contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.