Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard


mots clefs : croissance


Vendredi 20 janvier 2006 : Plus de 27 millions de dollars de bénéfices pour le Casino du Liban en 2005



Le Casino du Liban, une des plus grande entreprises du pays et le plus grand casino de la région, a dégagé entre 27 et 30 millions de dollars de bénéfices en 2005, affirme son président, Élie Ghorayeb. Ce chiffre est en augmentation d’une centaine de milliers de dollars par rapport à 2004, ajoute-t-il. Un exploit placé dans le contexte politique difficile de l’année dernière, même s’il reste loin des 10 % de croissance des années précédentes.

Certes, M. Ghorayeb dit avoir noté une « baisse certaine de la clientèle syrienne qui, avec la jordanienne, représentait habituellement la moitié de la clientèle étrangère », mais cela n’a pas affecté l’activité, car les autres ont été fidèles, notamment les clients libanais qui représentent près de 60 % des visiteurs. Et pour preuve, selon lui, les 600 places de la salle des fêtes ont, cette année encore, été entièrement occupées pour la soirée du 31 janvier.

M. Ghorayeb va même plus loin en affirmant que les bénéfices de la période des fêtes ont augmenté de près de 15 % par rapport à la même période de l’année dernière.

Concernant le chiffre d’affaires du Casino, M. Ghorayeb parle de près de 200 à 250 000 dollars par nuit, soit 110 millions de dollars par an, 90 millions provenant des jeux et 10 à 15 millions des activités annexes, telles que la restauration et les spectacles.

« Sur cette somme, 15 millions ont été reversés sous forme de dividendes aux actionnaires de l’entreprise », précise-t-il. Car, rappelons le, 48 % du capital du Casino du Liban est constitué d’actions au porteur. Parmi les principaux bénéficiaires, on peut notamment citer la compagnie Abela, qui en détiendrait environ 15 %, et la Bank Audi.

Les 52 % restants du capital sont détenus par la compagnie libanaise Intra. Cette dernière regroupe le gouvernement koweïtien, à 35 %, la Banque centrale, 35 %, le ministère des Finances, 10 %, le Qatar, 10 %, et des actionnaires libanais.

Contentieux avec l’État
Au Casino, l’État joue un triple rôle. D’abord en tant que collecteur d’impôts. Selon son président, le Casino aurait payé 100 millions de dollars d’impôts ces six dernières années. Puis en tant qu’actionnaire, il touche une part des dividendes. Enfin, « une part des revenus, 35 millions de dollars par an, est reversée à l’État », affirme M. Ghorayeb.

En effet, en échange du monopole accordé par l’État au Casino du Liban, le ministère des Finances ponctionne 30 % des revenus du Casino, une part qui augmente tous les dix ans et devrait atteindre 40 % fin 2006, selon le contrat signé entre les deux parties en 1996. Mais sur ce point, M. Ghorayeb est en conflit avec le ministère depuis des années.

Le président du Casino estime que les machines à sous, notamment les « Video Poker », n’entrent pas dans le cadre de cet accord, car le Casino ne détient pas l’exclusivité d’exploitation de ces machines. Il a donc porté plainte devant le Conseil d’État, mais ce dernier l’a débouté à trois reprises. Car si d’autres établissements libanais possèdent des machines à sous, elles sont assorties de conditions restrictives (horaires, gain maximum…) qui ne sont pas imposées au Casino. Mais le Casino rechigne toujours à débourser les sommes dues qui se sont élevées à plus de 66 milliards de livres libanaises, soit près de 44 millions de dollars en 2005, selon des chiffres du ministère des Finances. En tout, l’État réclame plus de 340 milliards de livres libanaises, plus de 226 millions de dollars, accumulés ces neuf dernières années. Et cela sans compter les indemnités de retard de paiement qui, selon le contrat, s’élèvent à 1 % par jour. L’État a cependant longtemps fermé les yeux sur ces sommes, « et il s’est subitement mis à me les réclamer », souligne M. Ghorayeb. C’est pour cela qu’une source proche du dossier estime que le ministère serait prêt à négocier les pénalités si le Casino acceptait simplement de rembourser les sommes dues.

En revanche, le Casino a bien versé 15 millions de dollars de pénalités pour ne pas avoir construit un hôtel comme stipulé dans le contrat. Une condition imposée par l’État pour développer l’activité touristique dans la région. Pour M. Ghorayeb, des « problèmes d’ordre juridique » l’auraient empêché de le faire. Selon certaines sources dignes de foi, la proximité de plusieurs hôtels dans la région serait à l’origine de ce manquement.

« Caisse noire »
Quant aux accusations concernant la présence d’une « caisse noire » au Casino, récemment évoquée en Conseil des ministres, M. Ghorayeb les nie en bloc. « Il n’y a jamais eu de mainmise syrienne sur le Casino », a-t-il ensuite précisé. « D’ailleurs, il y a cinquante contrôleurs du ministère des Finances et un cabinet d’audit qui supervise les comptes », affirme M. Ghorayeb. Cependant, les contrôleurs n’ont eu accès à toutes les salles de jeux que depuis près de six mois. Avant cela, dans le cadre du contentieux avec l’État, les machines à sous leur étaient interdites. M. Ghorayeb nie également les accusations d’emplois fictifs au Casino. « À mon arrivée, j’ai réduit le nombre d’employés de 1 350 à 1 060 aujourd’hui. En réalité, nous aurions besoin de près de 1 200 employés, mais j’ai réussi à former une bonne équipe de direction », a-t-il expliqué. Enfin, M. Ghorayeb affirme que la présence d’usuriers, les « moneylenders », à l’intérieur du Casino est de l’histoire ancienne, depuis que les forces de l’ordre les ont interpellés il y a près de trois ans. « Le Casino du Liban est une entreprise complètement transparente », a conclu M. Ghorayeb.

(source : lorient-lejour.com.lb/Sahar AL-ATTAR)


Share |

Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

Casino de Boulogne frequentation partouche exercice etablissement concessionnaire obligatoire visiteurs boulogne
Les + commentés
Les trois casinos indépendants des Pyrénées-Orientales en difficulté financière commenté : 1 fois
De nouvelles machines à sous en exclusivité Européenne au casino d'Enghien commenté : 1 fois
La Trinité-sur-Mer : Le casino Partouche reste ouvert commenté : 1 fois
La "crise" des casinos français inquiète le sénateur spécialiste des jeux commenté : 6 fois
La roulette automatique arrive au casino du Tréport commenté : 4 fois
1,3 million d'investissement pour les casinos du groupe Joa commenté : 1 fois

Forum
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.