Home | ForumFiches casinosAgenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct | 


Inscription
Problème d'identification ?

Actualités
Archives 2014
Archives 2013
Archives 2012
Archives 2011
Archives 2010
Archives 2009
Archives 2008
Archives 2007
Archives 2006
Archives 2005
Archives 2004
Archives 2003
Archives 2002
Archives 2001
Archives 2000
Archives 1999
Archives 1998
Classements
2011/2012
2010/2011
2009/2010
2008/2009
2007/2008
2006/2007
2005/2006
2004/2005
2003/2004
2002/2003
2001/2002
2000/2001
1999/2000
1998/1999
1997/1998
Documentation
Les jeux d’argent en France - Avril 2014
Arrêté du 6 décembre 2013 modifiant les dispositions de l’arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Arjel - Rapport d'activité 2012
Arjel Mars 2013
Régulation du secteur des jeux en ligne et nouvelles technologies
Arrêté du 28 février 2013 modifiant l'arrêté du 29 octobre 2010 relatif aux modalités d'encaissement, de recouvrement et de contrôle des prélèvements spécifiques aux jeux de casinos
Arrêté du 14 février 2013 modifiant les dispositions de l'arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Décret no 2012-685 du 7 mai 2012 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Rapport d'information de M. François TRUCY, fait au nom de la commission des finances n° 17 (2011-2012) - 12 octobre 2011
Les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en 2010
Décret no 2011-906 du 29 juillet 2011 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 portant réglementation des jeux dans les casinos des stations balnéaires, thermales et climatiques
Décret no 2010-605 du 4 juin 2010 relatif à la proportion maximale des sommes versées en moyenne aux joueurs par les opérateurs agréés de paris hippiques et de paris sportifs en ligne
LOI no 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Fédération Suisse des Casinos - Rapport 2009
Arrêté du 29 juillet 2009 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Projet de Loi du 30 mars 2009 relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne
Arrêté du 24 décembre 2008 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos
Rapport Bauer - Juin 2008 - Jeux en ligne et menaces criminelles
Rapport Durieux - MARS 2008 - Rapport de la mission sur l’ouverture du marché des jeux d’argent et de hasard
Rapport d'information du 6 février 2008 - le monopole des jeux au regard des règles communautaires
Étude de législation comparée n° 180 - décembre 2007 - Les instances de contrôle du secteur des jeux
Arrêté du 14 mai 2007 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos (JO du 17 mai 2007)
Loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance
Décret no 2006-1595 du 13 décembre 2006 modifiant le décret no 59-1489 du 22 décembre 1959 et relatif aux casinos
Décret n° 2006- 1386 du 15 novembre 2006
Rapport Trucy

Evolution des jeux de hasard



Jeudi 23 décembre 2004 : Guerre des casinos: branle-bas de combat à Divonne.



Jeux - Le Groupe Didot-Bottin joue gros pour contrer la montée en puissance du casino de Meyrin.

Les résultats de 2003 avaient été jugés «catastrophiques», ceux de 2004 ne sont pas meilleurs. Le casino de Divonne n'est pas au mieux de sa forme. Les festivités organisées pour le cinquantième anniversaire de sa réouverture n'ont pas permis de stopper l'hémorragie. L'année se termine sur un mauvais résultat: un produit brut des machines à sous en recul de 25%. Le Groupe Partouche a réussi, avec le casino de Meyrin, à entamer la cuirasse de son concurrent.

Longtemps classé premier au top dix des établissements de jeux français, le casino de Divonne dégringole cette année à la huitième place. Dans la région, les autres casinos gérés par le Groupe de Divonne, qui chapeaute les activités jeux du groupe Didot-Bottin, font aussi les frais de cette concurrence. Du côté du casino d'Annemasse, ce n'est pas non plus la joie. Le produit brut des jeux est en recul de 9,75%. Seule l'activité du casino de Saint­Julien-en-Genevois progresse mais moins rapidement que prévu. Son ouverture (2002) est encore trop récente pour comparer ses résultats avec ceux de l'année précédente.

Pour le Groupe Didot-Bottin, l'enjeu est considérable. Son positionnement sur la couronne genevoise a longtemps été un atout. Depuis deux ans, la clientèle suisse et frontalière est plus volatile. Le passage à l'euro a effacé les repères. Autrefois, les joueurs suisses se retrouvaient avec de grosses quantités de monnaie française. Ils pouvaient jouer des heures aux machines à sous. Avec l'euro, l'euphorie est retombée. Les joueurs se sont mis à compter. Le cours élevé de la monnaie européenne joue en faveur des casinos suisses.

Faire revenir la clientèle

En juillet dernier, la direction du casino de Divonne a été profondément remaniée. L'ancien PDG, Claude Blot, a été remercié. La structure juridique du groupe a été modifiée. Confronté au nouveau défi de la concurrence, Divonne a renouvelé près d'un tiers de son parc de machines à sous.

Des machines neuves, des salles de jeux relookées par un designer, un système de fidélisation des joueurs, une restauration haut de gamme a prix cassé, Divonne essaye depuis six mois d'inverser la vapeur. Un responsable marketing a été recruté dernièrement. «Les Suisses ont un lien affectif avec Divonne. Leur vrai casino, il est là», affirme Alain Mansion, directeur général du Domaine de Divonne.
La bataille entre Divonne et Meyrin s'annonce rude. «On a toujours été de gros investisseurs. En ce moment, nous mettons tous nos efforts sur le casino», confirme Jacques Chateau, directeur général du Groupe Didot-Bottin. Ces derniers mois, le casino de Divonne a réalisé pour plus de 2,5 millions d'euros de travaux. Tout le monde est sur le pont avec un seul mot d'ordre: «Soigner le client.»


Le Casino de Meyrin fait de l’ombre aux Français et ramène 26 millions de francs par année à l’Etat

INTERVIEW/EDOUARD BOLLETER

Ouvert le 15 juillet 2003 à la suite de l'obtention d'une licence «B» de la part des autorités fédérales, le casino de Meyrin est en main du groupe français Partouche. Le directeur, Yassine Ben Abdessalem, veut engager 20 nouveaux collaborateurs et vise dorénavant une licence A, ainsi qu'il nous l'a expliqué hier.

Le casino de Meyrin flambe alors que vos voisins français prennent l'eau. Peut-on dire que vous avez récupéré leur clientèle?

C'est un phénomène naturel. La nature a horreur du vide. La clientèle suisse se rendait en France par manque de possibilité locale. Aujourd'hui, nous récupérons ces clients et rétablissons l'équilibre. De plus, nous avons l'avantage de la proximité, du franc suisse ainsi que le fait qu'en tant que «challenger» nous en faisons plus. Nous mettons un accent particulier sur la personnalisation de l'accueil, nos 90 collaborateurs sont tous formés en ce sens.

On comprend facilement que les clients suisses préfèrent jouer «à la maison», plutôt qu'aller à Saint-Julien, Divonne ou Annemasse. Mais avez-vous également attiré des Français?
Oui, car il ne faut pas oublier les 30 000 frontaliers intéressés à jouer leur argent suisse chez nous. Notre clientèle est formée de 20% de frontaliers, de 20% de clients internationaux et de 60% de résidents suisses, dont de nombreux Vaudois.
Les casinos français vivent une période difficile avec des reculs importants de leurs chiffres et une menace de grève pour le 31 décembre. Vous n'êtes peut-être pas à l'abri du phénomène?
Je souhaite sincèrement qu'un accord soit trouvé, pas seulement car je travaille pour le groupe Partouche. Ce genre de conflit est impossible à Genève en raison de l'excellent système helvétique de consensus et d'écoute. Il faut ajouter qu'au casino de Meyrin, les employés sont tous impliqués dans la réussite de la maison. Fait unique, les pourboires sont distribués à part, ce qui représente 2000 francs brut par mois et par personne. A cela s'ajoute un salaire minimum mensuel de 3800 francs, nos employés gagnent trois fois plus qu'en France.

Cela sous entend également que vos résultats doivent être convaincants. Que va y gagner la collectivité?

Sur l'année, nous affichons un produit brut des jeux de 53 millions dont 26 millions sont versés à l'Etat (ndlr: 60% à l'AVS et 40% au canton de Genève). Après impôts, nos bénéfices annuels devraient être près de 11 millions.
Il paraît que vous ne voulez pas en rester là…
En 2005, nous comptons en effet engager 20 collaborateurs.


Didot-Bottin contre Partouche

Casino de Divonne

  • 355 machines à sous.
  • 480 salariés (avec hôtel et golf).
  • 2000 clients par jour.
  • Premier contribuable du département de l'Ain.
  • Produit brut des jeux: 66,5 millions d'euros en 2003 (100 millions de francs suisses). Passe sous la barre des 60 millions d'euros en 2004.
  • Actionnariat: Groupe Didot Bottin
  • Cinq casinos: Divonne, Annemasse, Saint-Julien, Hauteville, Crans-Montana.
  • Projet de rapprochement avec le Groupe Partouche abandonné en 2004.

Casino de Meyrin

  • 150 machines à sous.
  • 90 employés, 20 supplémentaires en 2005.
  • 1200 clients par jour, 1500 prévus en 2005.
  • Clientèle: 20% frontaliers, 20% internationale, 60% suisses.
  • Produit brut des jeux: 53 millions de francs suisses en 2004.
  • Classé 5e casino du Groupe Partouche après un an d'activité.
  • Actionnariat: Groupe Partouche.
  • Deuxième casinotier français depuis la création du groupe Barrière-Accor.
  • 45 casinos en France, 7 à l'étranger.

source : tdg.ch/ALAIN JOURDAN)


>>> 

En savoir plus


Réagissez - Laisser un commentaire :

Charte des commentaires


S'inscrire Vous devez être inscrits pour poster un commentaire.



En bref

Un Francilien remporte plus de 200 000 euros au casino d'Enghien
04-09-2014|Ce dimanche, un joueur a réussi à faire retentir les sirènes des machines à sous du Casino Barrière d’Enghien-les-Bains. Agé de 45 ans, ce Francilien à empoché la coquette somme de 217 890 euros en jouant sur une machine à sous « Joker Poker ». Une belle plus value pour une mise de départ de deux euros. (vosnews.fr)

Cession du Casino d’Hauteville Lompnes
05-02-2014|La famille Ramousse rachète le casino d'Hauteville-Lompnes au groupe Partouche pour pour 1,45 M€

Saint-Amand-les-Eaux: un gagnant empoche 1,7 M€ au Pasino
01-02-2014|La dernière gagnante aux « bandits manchots » en réseau des casinos Partouche avait déjà mis la main sur une belle somme. Le dimanche 21 juillet 2013, elle était repartie avec un chèque de plus de 780 000 € du Pasino de Saint-Amand. En cette fin d’après-midi, un autre joueur a fait exploser la cagnotte ! Doublant plus que la mise cette fois, avec un gain de 1,7 million d’euros. Pour être tout à fait précis, la machine a craché un jackot (un mégapot, dans le jargon des casinotiers) de 1,763 041,15 €. Le principe du mégapot est celui-ci : des machines à sous sont reliées entre elles au sein d’un même casino, et elles cotisent à un jackpot commun bien supérieur à celui d’une machine isolée. L’établissement précise : « Il avait simplement misé 2 € ! » Heureux homme...(lavoixdunord.fr)

Jackpot de 162 134 € au casino Barrière d'Enghien
12-12-2013|Un homme de 57 ans demeurant à Ville D'Avray a fait tombé un jackpot de 162 134€ sur une machine à poker à 2€, dans le casino du Val-d'Oise.

Le groupe Partouche a mis en vente l’hôtel Hilton de Lyon
04-07-2013|Pour se désendetter, le groupe Partouche qui possède le casino de la Cité Internationale de Lyon (6e) a mis en vente l’hôtel Hilton. Selon Le Progrès, cela concerne les murs du bâtiment de 21 000 mètres carrés et le fonds de commerce. Dans le quotidien, le président du directoire se dit confiant sur une future transaction. Le groupe Hilton a de son coté indiqué vouloir continuer à être présent à Lyon.

Casino de Grasse restauration animations reproche restaurant personnel caroline proprietaire autorisation
Les + commentés
Les trois casinos indépendants des Pyrénées-Orientales en difficulté financière commenté : 1 fois
De nouvelles machines à sous en exclusivité Européenne au casino d'Enghien commenté : 1 fois
La Trinité-sur-Mer : Le casino Partouche reste ouvert commenté : 1 fois
La "crise" des casinos français inquiète le sénateur spécialiste des jeux commenté : 6 fois
La roulette automatique arrive au casino du Tréport commenté : 4 fois
1,3 million d'investissement pour les casinos du groupe Joa commenté : 1 fois

Forum
avis casino d'hyeres les palmiers par : HYPE - jeudi 14 août 2014 04:49
Bonjour à tous par : Admin - vendredi 08 juin 2012 16:17



Agenda Evènement ? nous contacter

Home | Fiches casinos | Agenda | Offres d'emploi | Annuaire | cont@ct


INTERDICTION VOLONTAIRE DE JEUX
Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.